24 octobre 2021

Le point sur les lacs du Village et du Ruisseau…

.. et comment la démagogie l’emporte sur la raison.

Récemment dans les médias sociaux, une citoyenne et candidate à l’élection municipale de novembre prochain s’inquiète, à juste titre, de l’état lamentable dans lequel se retrouvent les lacs du Village et du Ruisseau et de la lenteur de l’administration à poser des gestes concrets afin de lutter contre leur dégradation.

Ces photos prises le 20 mai dernier en sont une preuve éloquente. Un plan d’action précis est en cours d’élaboration afin d’intervenir sur les différentes composantes qui sont à la source de cette dégradation. Le plan est ambitieux. Sa réalisation s’échelonnera sur plusieurs années et coûtera des millions de dollars à la municipalité.

Mais, avant d’approuver des sommes considérables dans ces projets, il y avait une action immédiate qui était proposée par la Ville dès l’été dernier, soit la coupe et le retrait manuel d’algues envahissantes dans ces deux lacs. Il s’agissait, en outre, d’un projet pilote visant à mesurer les effets d’une telle opération. Malheureusement, et par deux fois plutôt qu’une, la majorité des élus ont voté contre cette proposition qui répondait pourtant à un impératif de nettoyage et de contrôle des espèces envahissantes dont le myriophylle à épis.1

Proposition à la séance du conseil municipal du 16 juin 2020

Les raisons invoquées pour ce refus étaient spécieuses pour ne pas dire démagogiques. Comme s’il fallait attendre d’avoir le plan parfait avant d’agir. De plus, il s’agissait d’un projet pilote qui n’engageait la Ville qu’à hauteur de 24 000 $ et qui permettait de juger de l’impact d’une telle intervention sur la qualité de l’eau de ces deux lacs. Il est pour le moins édifiant de voir les longs échanges qu’a suscité cette proposition qui faisait pourtant l’objet d’une recommandation de la division de l’environnement de la Ville. Tout à coup, des élus sont devenus des experts en environnement, comme vous pourrez le constater en écoutant, si cela vous chante, ces longs échanges lors des séances du 16 juin et du 7 juillet 2020 et leurs résultantes (voir les extraits vidéo ci-dessous).

Extraits des procès-verbaux des séances du conseil des 16 juin 2020 et 7 juillet 2020

Voici les extraits des procès-verbaux des séances du conseil des 16 juin 2020 et 7 juillet 2020 qui démontrent clairement son dysfonctionnement lorsque vient le temps d’approuver des solutions immédiates et peu coûteuses :

  • Lors de la séance du conseil du 16 juin 2020, les conseillères Marilou Alarie et Louise Dion proposent un amendement qui annule l’octroi d’un mandat de $24,000.00 pour effectuer des travaux de coupe et de retrait d’algues dans les lacs du Ruisseau et du Village. À l’exception de Mme Isabelle Bérubé et M. Vincent Fortier, tous les conseillers appuient l’annulation du contrat.
  • Lors de la séance du conseil du 7 juillet 2020, la conseillère Louise Dion et le conseiller Jacques Bédard proposent, encore une fois, un amendement qui annule l’octroi du mandat pour effectuer des travaux de coupe et de retrait d’algues dans les lacs du Ruisseau et du Village. À l’exception de Mme Isabelle Bérubé et M. Vincent Fortier, tous les conseillers présents appuient l’annulation du contrat.

Extraits des séances du conseil de ville :

https://youtu.be/OdeGnaZTTdU?t=5304

Le plus navrant, c’est qu’un an plus tard nous en sommes au même point. Je sympathise au plus haut point avec cette citoyenne. Il y a malheureusement des élus, et j’espère qu’elle ne sera pas du nombre si elle est élue, qui semblent incapables de « mâcher de la gomme et de marcher en même temps ». Y aura-t-il un changement d’attitude de leur part à l’été qui vient et l’échéance électorale de novembre prochain, histoire de se gagner la faveur de l’électorat? À suivre…

Réaction du maire Martin Murray le 25 mai 2021 : Sur la page du site Sauvons le Lac du Village et le Lac du Ruisseau, une conseillère municipale parle d’incohérence parce que le Parti montarvillois n’aurait rien fait durant la période où il était majoritaire au conseil. Avant toute chose une petite rectification : le Parti montarvillois n’a été majoritaire au conseil municipal qu’un peu plus de cinq ans soit de novembre 2013 à décembre 2018 et non sept ans comme l’écrit cette conseillère. Il importe de le préciser, l’état des lacs du Village et du Ruisseau a toujours été une grande préoccupation pour nous. Pour n’en donner qu’un exemple, Mme Bérubé et moi avons organisé une rencontre avec les riverains de ces lacs et du ruisseau du Moulin le 8 décembre 2018. Je souhaitais cette rencontre depuis un an mais il a fallu attendre d’avoir les résultats des analyses effectuées sur l’état des lacs par la firme mandatée à cet effet. Le 24 novembre précédent, Mme Bérubé et moi avions distribué 74 lettres d’invitation.

Trente-sept personnes ont répondu à l’appel. Selon leurs dires, c’était la première fois qu’on daignait les écouter. Et ils avaient beaucoup à dire. Ils nous ont offert leur entière collaboration. Nous nous étions donnés rendez-vous au printemps 2019 pour, entre autres, une corvée de nettoyage mais elle n’a jamais eu lieu par suite des attaques en règle, des allégations et des insinuations d’une opposition maintenant majoritaire. Quand la conseillère municipale en question ose parler de faits alternatifs, j’en reste bouche bée. Qu’il faille attendre de régler le problème des 9 tuyaux d’égouts pluvieux (qui, incidemment, est connu depuis longtemps), ce qui ne se fera pas avant plusieurs années et après des investissements importants, avant de poser quelque geste que ce soit pour nettoyer les lacs est un non-sens.

La problématique est beaucoup plus complexe car elle implique un effort concerté de tous les riverains et même de la Sépaq car les lacs Seigneurial et des Bouleaux souffrent aussi de l’envahissement de ces plantes exotiques. Mais en attendant, bon dieu, peut-on redonner un peu de lustre à nos lacs en procédant à l’arrachage des plantes nuisible et à leur nettoyage. Certes, ce n’est pas la panacée mais au moins cela permet de contenir la dégradation en attendant les mesures plus costaudes. Il faut aussi accepter le fait que les lacs du Village et du Ruisseau demanderont toujours des soins particuliers, surtout dans un contexte de réchauffement climatique. Ce n’est pourtant pas compliqué à comprendre! Vous avez là une autre belle preuve de démagogie et de détournement des faits pour se prouver à soi-même qu’on a raison.

Quel gâchis!

1 Liste des plans d’eau où cette plante a été identifiée : https://www.environnement.gouv.qc.ca/biodiversite/especes-exotiques-envahissantes/myriophylle-epi/listepresenceMAE.pdf